À Eysines,
c’est parti pour le tri !

Le restaurant d’Eysines a mis en place le tri dans le cadre de l’expérimentation encadrée par Eco-Emballages et travaille en étroite collaboration avec son prestataire Veolia Propreté pour atteindre la qualité optimale du flux de déchets recyclables.

Dans le restaurant d’Eysines, proche de Bordeaux, le tri est proposé en salle et réalisé en cuisine. « Nous étions sollicités depuis quelque temps par Veolia, notre prestataire de collecte, ce qui coïncidait avec la demande de McDonald’s France de participer à l’expérimentation mise en place dans le cadre de la convention Eco-Emballages », relate le franchisé Christian Luttmann. « Le directeur du restaurant d’Eysines était très motivé et c’était un point important car nous savions que la mise en place demanderait d’être réactif et de s’adapter. Mais le gain environnemental que représente la valorisation des déchets mérite largement les efforts engagés. » En amont du projet, un temps de préparation est nécessaire : « Nous avons travaillé à partir d’octobre 2014 avec le département Environnement et Veolia pour mettre au point les solutions adaptées au restaurant », explique Mike Soufflet, directeur général de la franchise. « Les meubles de tri étaient déjà en place, nous avions anticipé et sensibilisé l’équipe chargée de l’accueil dans la salle, qui a également suivi une classe à distance spécifique. Nous étions prêts à nous lancer ! » Nicolas Pont, directeur Valorisation-Innovation de Veolia, ajoute : « Nous nous sommes accordés sur l’organisation et le rythme des collectes. La chaîne de tri est manuelle au centre de Bègles, ce qui implique de respecter certaines exigences en termes de qualité du tri. Nous récupérons les sacs issus de la collecte en salle 3 fois par semaine et les déchets sont triés sur une ligne spécifique à McDonald’s dans les 2 jours qui suivent. Les déchets organiques issus de la cuisine sont aussi collectés et partent en méthanisation. »

Attention aux liquides !

Du côté des cuisines, pas de changement notable d’organisation pour les équipes : les restes alimentaires étaient déjà isolés des emballages, les huiles et cartons collectés. « En salle, les chargés d'accueil sont là pour guider les clients dans l'utilisation des bornes de commande et assurer le service à table, ils ajoutent simplement des explications sur le tri », note Jean-Luc Rech, le directeur du restaurant. « C’est pour les clients que le changement est le plus important. La principale difficulté réside dans la présence des liquides, notamment les glaçons qui restent dans les gobelets et vont fondre. Ils humidifient les emballages et l’ensemble du sac de collecte peut être refusé. Les équipiers qui amènent les plateaux rappellent les consignes de tri aux clients, avec un focus sur cette question des liquides. » Les restes de sandwichs ou de frites jetés avec les emballages les rendent également impropres au recyclage. « Le tri se pratique encore très rarement dans la restauration rapide, il n’est pas encore entré dans les habitudes », constate Nicolas Pont. « C’est ce qui explique un taux de refus, c’est-à-dire la proportion d’erreurs de tri dans une collecte, assez important au démarrage. Mais il a tendance à baisser au fur et à mesure que l’information se diffuse. »

L’importance de la pédagogie

Le taux de refus est donc un indicateur de qualité à surveiller de près. « Nous remontons toutes les semaines les informations au restaurant McDonald’s, sur la base de documents que nous avons validés ensemble, dans le but de réduire ce taux de refus », précise Nicolas Pont. « Il faut 3 ou 4 mois minimum pour faire un bilan fiable. » Certains ajustements sont envisagés au fur et à mesure concernant les solutions opérationnelles, l’affichage et la signalétique, mais pour Jean-Luc Rech : « Le travail pédagogique au quotidien porte ses fruits, c’est vraiment un point essentiel. En semaine, par exemple, avec une clientèle plus régulière, la qualité du tri est meilleure. Petit à petit, nous constatons qu’il y a moins de liquide dans les sacs. » Les résultats des expérimentations en cours avec d'autres prestataires s'ajouteront à ceux d'Eysines.

Cet article est extrait du Journal du Développement Durable de McDonald's France, édition 2014

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr