Faire confiance
aux jeunes volontaires à l’insertion

Une collaboration locale se noue entre de nombreux centres de l’EPIDE* et les restaurants McDonald’s, qui proposent un débouché aux jeunes volontaires à l’insertion.

Redonner confiance et estime de soi à des jeunes désocialisés, en manque de repères, les accompagner en vue de favoriser leur entrée dans la vie active : c’est la mission de l’EPIDE et de ses 18 centres. « Deux éléments sont essentiels : le volontariat et l’internat de semaine », explique Jean-Pierre Ombret, directeur du centre de Brétigny-sur-Orge. « C’est une immersion dans un environnement structurant et rassurant. L’équipe pédagogique est aussi attentive qu’exigeante. Chaque jeune bénéficie d’un suivi individualisé touchant aussi bien la santé que les aspects sociaux, comportementaux, cognitifs... Il suit une formation générale en rapport étroit avec le projet professionnel qu’il a choisi. » En moyenne 8 à 10 mois sont nécessaires pour acquérir l’autonomie indispensable à l’insertion dans le monde du travail. Quand les jeunes sont prêts, des partenariats avec les entreprises locales permettent de leur proposer des débouchés dans différents secteurs.

Une intégration réussie

Anne Petitpierre, manager Développement RH de McDonald’s France, est à l’origine du projet : « J’ai d’abord rencontré les directeurs des centres afin de préparer les rencontres avec nos franchisés. Les a priori qui pouvaient exister de part et d’autre ont très vite disparu et il y a aujourd’hui une réelle envie de travailler ensemble. Les équipes de l’EPIDE font un travail formidable, dans un cadre à la fois structurant et extrêmement bienveillant. Le franchisé, accompagné d’un directeur ou d’un manager, vient ensuite présenter son restaurant et les emplois aux jeunes des centres. L’intérêt est réel des deux côtés, notamment pour les jeunes qui découvrent des métiers qu’ils croyaient pourtant connaître en tant que clients. » Jean-Charles Lecourt, franchisé en région parisienne, témoigne : « Je crois profondément au rôle social de l’entreprise. Ce qui est intéressant dans la démarche de l’EPIDE, c’est que les jeunes sont volontaires et qu’on les traite en adultes : ils doivent faire des choix et les assumer, mais ils peuvent compter sur un accompagnement solide ». C’est dans l’un de ses restaurants que Stéphane Édouard-Rose a été embauché après sa formation à l’EPIDE de Brétigny-sur-Orge : « Ce que j’ai appris au centre m’a énormément servi et j’ai eu un bon coup de pouce de la part du restaurant. C’est une bonne expérience qui m’a aidé à me stabiliser ». Une expérience également concluante pour Luswanga Alunga, le directeur du restaurant. « Le passage à l’EPIDE a facilité les choses. Les deux jeunes embauchés sont remarquablement ponctuels et très assidus. Mon rôle a été de faire en sorte qu’ils se détachent progressivement de l’EPIDE. Grâce à ce temps d’accompagnement, l’intégration est réussie ! »

* Établissement Public d’Insertion de la Défense, créé en 2005 sous la triple tutelle des ministères chargés de l’Emploi, de la Ville et de la Défense.

 

Les 18 centres de l’EPIDE accueillent environ 3 000 jeunes volontaires par an.

Cet article est extrait du Journal du Développement Durable de McDonald's France, édition 2013

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr