Biodiesel,
une expérience soutenue par l’ADEME

Les infrastructures permettent dorénavant de traiter en France les huiles de friture des restaurants et de les transformer en biodiesel. En visant à terme l’objectif de l’autosuffisance pour la flotte de camions livrant les restaurants, McDonald’s France mène un test, en partenariat avec l’ADEME*, sur dix camions.

Le biodiesel, issu à 100 % d’huiles de friture usagées, n’est pas encore autorisé aujourd’hui. Cependant, les premiers tests effectués par McDonald’s s’avèrent concluants et surtout, ce carburant offre des perspectives au niveau de la réduction de la dépendance au pétrole. Produit à partir de déchets, il n’entre pas en concurrence avec les cultures vivrières. Issu de la biomasse, produit à proximité, c’est une solution potentiellement intéressante pour l’avenir… Les déchets d’huiles de friture des restaurants seraient ainsi idéalement valorisés.

« Le biodiesel produit à partir d’huiles alimentaires usagées présente un bilan d’émissions de gaz à effet de serre très positif par rapport au gazole et au traitement des déchets avec une réduction de 90 % (en considérant les substances pures) » explique Sébastien Bordas, directeur Achat-Qualité-Logistique de McDonald’s France. L’ADEME a joué un rôle crucial en soutenant le projet  financièrement  et  en   favorisant  la  réalisation  des  tests. « C’est en construisant notre projet avec l’ADEME et avec les spécialistes du retraitement d’huiles, en allant consulter les douanes et le ministère concernés, que nous avons obtenu l’autorisation temporaire de faire ce test grandeur nature. »

Gabriel Plassat, de l’ADEME, en tire un bilan : « Pour la première fois, les performances économiques et environnementales offertes par un biocarburant obtenu entièrement à partir de retraitement d’huiles alimentaires usagées seront quantifiées. Les premiers résultats, sur les mesures d’émissions** utilisant des systèmes embarqués, sont intéressants, mais des validations complémentaires sont nécessaires sur la tenue dans le temps des moteurs et sur les émissions polluantes ayant un impact sur la qualité de l’air***. »

Aujourd’hui, ce biodiesel n’est pas encore une solution viable, du fait de son coût de production et d’une fiscalité élevés. En attendant la fin des tests menés sur la période hivernale (hiver 2010), McDonald’s continue de réfléchir à cette voie innovante et souhaite renouveler ce type d’expérience, à plus grande échelle.

*ADEME Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie

** Monoxyde de carbone (CO), hydrocarbures (HC) et dioxyde de carbone (CO2).

*** Notamment les oxydes d’azote (NOx) et les particules.

 

Cet article est extrait du Journal du développement durable de McDonald's France, édition 2010

 

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr