De la friteuse au réservoir,
un process bien huilé

Pour optimiser l'exploitation des ressources naturelles, en tirer tous les bénéfices et ainsi éviter le gaspillage, McDonald's France construit une filière complète dédiée aux huiles.

Comment tirer le meilleur parti d'une ressource ? McDonald's trouve la réponse dans sa filière Huiles. Utilisées en restaurant pour la préparation des frites et des beignets, les huiles de friture sont collectées, nettoyées puis transformées en biodiesel, un carburant d'origine renouvelable, propre et performant. « Plus qu'une valorisation chimique ou thermique, le recyclage en biodiesel permet d'extraire toute l’énergie de la molécule. Il n'y a pas de perte », assure Marie-Hélène Brard, ingénieur Achats-Qualité.

 

La force d'une filière structurée

Changées tous les quatre à cinq jours en moyenne, les huiles de friture sont stockées en restaurant, puis collectées et filtrées par Ecogras et Sud Récupération, deux prestataires français sélectionnés par McDonald’s France. Les huiles nettoyées sont alors acheminées en Allemagne où Vital Fettrecycling les transforme en ester méthylique d’huile végétale, appelé aussi biodiesel. « Avec les huiles de McDonald's France, un camion consommant 33 litres de biodiesel aux 100 kilomètres pourrait parcourir 19,5 millions de kilomètres », indique Roger Boeing, PDG de Vital Fettrecycling.

Si le système est performant, c'est parce qu’il est consolidé sur une quantité d’huile suffisamment importante de qualité homogène et un nombre limité de prestataires. «  Notre objectif était de créer une filière fiable et stable pour permettre aux industries de mieux traiter les huiles usagées », explique Marie-Hélène Brard. Afin d'assurer une traçabilité tout au long de la chaîne de traitement, « les huiles de McDonald's ne sont pas mélangées avec d'autres huiles et chaque volume collecté est identifié par étiquetage », poursuit Wilfried Martin, directeur général de Sud Récupération..

 

Performance écologique, équilibre économique

Le biocarburant produit à partir des huiles de friture peut être utilisé pur ou en mélange, en toute proportion, avec les gazoles et le fioul domestique pour alimenter des moteurs diesels et des installations de chauffage. Il réduit considérablement les émissions de CO2 par rapport aux carburants fossiles. Non toxique, il contient peu de soufre et son utilisation diminue de 10 à 50 % les émissions polluantes en combustion et en carburation, selon les installations utilisées et le mélange. Enfin, il est biodégradable à 95 % en 28 jours.

La performance écologique a aussi un sens économique : chaque restaurant paye la prestation de collecte (selon la fréquence de ramassage), transport et filtration des huiles, et perçoit en retour le produit de la vente des huiles nettoyées. « En moyenne, le traitement des huiles coûte entre 10 et 20 euros par mois et par restaurant », précise Marie-Hélène Brard.

Chargé  de  mission  à  l'Ademe  Midi-Pyrénées,  Gérard  Bardou confie : « La quantité d'huiles générée par les restaurants McDonald's permet d'optimiser le coût de collecte. Cela nous aide à convaincre de plus petits restaurateurs ». Rédactrice en chef de Déchetcom.com, un journal et une plate-forme internet dédiés aux déchets et au recyclage, Sylvia Baron-Giracca poursuit : « Ce qui est intéressant dans une société comme McDonald's, c'est qu’à chaque fois qu’une décision est prise, elle prend nécessairement une amplitude insoupçonnée, tant les tonnages concernés sont imposants. C’est pourquoi lorsque cette entreprise choisit de recycler ses huiles de friture en biodiesel, elle fait figure d’exemple parce que l’affaire prend immédiatement une dimension nationale ».

 

Perspectives

« Le biocarburant issu de nos huiles n’est pour l’instant élaboré et utilisé qu’en Allemagne. Or, notre démarche serait encore plus performante si les huiles étaient valorisées et vendues en France », précise Delphine Smagghe. Cela réduirait le transport mis en œuvre pour les acheminer vers les sites de transformation et donnerait aux usagers français une alternative énergétique propre et performante.

Jusqu'ici, la production et l'utilisation de biocarburants sont limitées en France par une réglementation et une fiscalité désavantageuses. Néanmoins, le plan Biocarburants lancé en 2002 et renforcé en 2005 fixe un objectif pour la France : atteindre un taux  d’incorporation  de  biocarburants  dans  les  carburants de 5,75 % dès 2008, de 7 % en 2010 et de 10 % en 2015. Bien que la visibilité réglementaire reste faible, ce volontarisme se traduit depuis peu sur le terrain par des projets de création d'usines de production de biocarburant. « Un petit coup de pouce de la part des pouvoirs publics et un peu de bonne volonté de la part de l’ensemble des restaurateurs suffiraient sans doute à doper la production et à assurer un bel avenir au biodiesel en France », conclut Sylvia Baron-Giracca.

 

Cet article est extrait de l'EcoJournal de McDonald's France, édition 2007

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr