Le bilan carbone® 2008 : objectif atteint
avec 2 ans d’avance !

Conscient des enjeux agricoles, McDonald’s poursuit sa politique de lutte contre le changement climatique et réaffirme cette année sa volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) directes et indirectes liées à ses activités.

Pour évaluer l’impact de ses activités sur le climat, McDonald’s a réalisé en 2005 un bilan carbone sur deux périmètres : le périmètre fonctionnel lié aux activités en restaurant, le périmètre global, intégrant les filières de production en amont et les déplacements des clients.

 

Le périmètre restaurant

Sans historique sur le sujet, l’enseigne a choisi d’atteindre au minimum les objectifs européens établis pour tous les acteurs économiques : -8% en 2010 sur le périmètre fonctionnel relevant de sa responsabilité directe.

« En 2008, nous avons décidé de réaliser un bilan carbone intermédiaire pour savoir si nous étions effectivement sur la bonne voie et adapternotre plan d’actions en conséquence », explique Delphine Smagghe, directrice du département Environnement et Développement durable de McDonald’s France.

Le bureau d’études Climat Mundi a ainsi collecté les données des restaurants et celles du siège pour mesurer la quantité de GES émis sur le périmètre fonctionnel. « La méthode de calcul de l’Ademe a évolué ces dernières années et, pour avoir une comparaison possible et fiable entre2005 et 2008, nous avons dû actualiser les données obtenues en 2005 », précise Matthieu Claus, de Climat Mundi.

Les résultats sont très positifs puisque McDonald’s a déjà atteint en 2008, son objectif de 2010. La preuve que ses actions réalisées depuis 2005 ont été efficaces et qu’il faut les poursuivre.

 

Le périmètre global

Climat Mundi s’est également intéressé au périmètre global : les émissions de GES ont augmenté de 3,5 % et plus de 60 % d’entre elles sont liées aux pratiques agricoles. Hugo Jansen, directeur général de Cargill fait le même constat : « Nous avons pris en compte les émissions de GES à chaque étape. La filière de viande, incluant notamment la production de soja ou de blé ainsi que l’élevage des poulets, représente près de 81 % de nos émissions. »

Mais ces deux dernières années, McDonald’s a travaillé avec ses fournisseurs pour trouver des solutions. Ceux-ci ont engagé de nombreuses actions en faveur d’une réduction de leur empreinte environnementale. Certains fournisseurs questionnent aujourd’hui les approvisionnements. « Pour satisfaire la demande en restaurant, nous privilégions les filières qui nous proposent des volumes suffisants, participent à l’économie locale et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées au transport notamment », souligne Sébastien Tripon, directeur Achats chez Crudi. D’autres envisagent de réaliser un nouveau bilan carbone®. C’est le cas de McKey qui, en 2010, souhaite, pour mieux les traiter, distinguer la part des émissions liées aux abattoirs de celles liées à l’élevage.

 

En perspective, objectif du facteur 4 : – 75 %

Si McDonald’s veut atteindre l’objectif du facteur 4, c'est-à-dire une diminution de 75 % de ses émissions avant 2050 sur le périmètre global, il va falloir faire évoluer progressivement les modes de production et de transformation. En effet, le changement climatique impose de réduire, dans des délais très courts, les émissions de GES de façon importante. Les problématiques soulevées ne peuvent trouver de réponses cohérentes sans une mobilisation des clients sur la question des déplacements urbains et le choix des menus, sans un travail de recherche sur les émissions des filières viandes notamment.

C’est pourquoi, au prochain Salon International de l’Agriculture, McDonald’s France lancera une concertation nationale sur ses cinq principales filières agricoles (poulet, blé, fruits et légumes, pomme de terre, bœuf) avec toutes les parties prenantes concernées. « Il est important de pouvoir progresser en impliquant les acteurs de chaque filière et nous savons que seuls des processus participatifs peuvent nous permettre de construire des solutions adaptées », précise Delphine Smagghe.

 

UN BILAN ENCOURAGEANT

Depuis 2005, McDonald’s a réduit de 8 %ses émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité des restaurants et du siège. Ce résultat n’aurait pas été possible sans les économies d’énergie réalisées en restaurant, l’utilisation des énergies renouvelables, l’optimisation des emballages, mais également sans la mise en place du logiciel EcoProgress®.

Cette réussite est aussi le résultat d’une implication forte de l’ensemble de son réseau : franchisés, salariés, fournisseurs, partenaires…

Autant d’efforts et d’actions que McDonald’s entend poursuivre pour limiter encore son impact sur le climat. Il s’agira pour l’enseigne de déployer les solutions éprouvées, d’en tester de nouvelles et de favoriser l’innovation.

 

Cet article est extrait de l'EcoJournal de McDonald's France, édition 2008

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr