Points de vue

  • Delphine Smagghe
    Senior vice-présidente Achats, Qualité, Développement durable et Relations extérieures de McDonald’s France.

    Qu’est-ce qui caractérise la relation tissée par McDonald’s avec ses filières agricoles ?

    Trois mots décrivent parfaitement cette relation : sécurité, exigences et progrès continus. Nous cherchons à sécuriser des volumes importants et nous avons besoin de produits alimentaires d’une qualité irréprochable. Pour cela nous avons misé sur la proximité et un développement concerté avec nos partenaires de l’agroalimentaire et de l’agriculture, en premier lieu nos fournisseurs. Ce rapport de confiance nous permet de travailler ensemble sur des enjeux communs comme l’agro-écologie et le bien-être animal. Grâce à cette dynamique, nous avons lancé en 2017 le concours Agri Challenge qui a distingué trois porteurs de projets innovants en matière d’agriculture durable. Les lauréats vont maintenant tester leurs solutions en conditions réelles dans nos filières. Notre politique de contractualisation a été saluée lors des États généraux de l’alimentation. Avec nos fournisseurs, nous proposons cette approche depuis 30 ans dans la filière pommes de terre, 25 ans dans les filières poulet et salade, 20 ans dans la filière blé et 15 ans dans la filière bovine. Nous avons d’ailleurs célébré cette longévité pendant le Salon de l’Agriculture 2018 en mettant à l’honneur les premiers agriculteurs sous contrat de chaque filière. Certains sont en contrat avec nous depuis trois générations.

    Comment la qualité se manifeste-t-elle dans l’offre de McDonald’s et quelles sont les perspectives dans ce domaine ?

    La qualité, c’est d’abord celle des matières premières : elles sont sélectionnées et travaillées pour en tirer le meilleur parti d’un point de vue organoleptique et dans le souci d’une diversification de notre offre. Nous avons choisi de nous appuyer de plus en plus sur des labels reconnus, comme le Label Rouge pour les wings de poulet ou encore les Vergers Écoresponsables pour les fruits. Nous travaillons avec des partenaires emblématiques du savoir-faire français comme la filière steak haché charolaise ou la coopérative Fermiers de Loué. Notre objectif est aussi de simplifier la composition des recettes et de privilégier les ingrédients naturels.

  • Jérôme Cabanel
    Président du Bureau exécutif des franchisés de McDonald’s France.

    Qu’est-ce qui caractérise la relation tissée par McDonald’s avec ses filières agricoles ?

    Une entreprise comme la nôtre doit être exemplaire, parce qu’au moindre incident elle est sous le feu des projecteurs. En matière de qualité et de traçabilité, chaque acteur de la filière joue un rôle clé, depuis les exploitations agricoles jusqu’à nos restaurants, sans oublier la logistique qui est un maillon stratégique. Mais surtout, la stabilité et la sérénité de nos liens avec ces partenaires commencent à être connues des agriculteurs et des éleveurs. Elles permettent d’aller plus loin que de « simples » relations commerciales et de s’engager ensemble dans des démarches ambitieuses pour donner le meilleur à nos clients. Le Programme jeunes agriculteurs a amorcé sa quatrième promotion en 2017. Il fait partie des dispositifs mis en place pour renforcer nos liens avec le monde agricole, auxquels les franchisés ont volontiers participé. Nous devons maintenant faire mieux connaître du grand public les filières agricoles qui se cachent derrière nos produits. C’est l’objectif du programme Les Big Visites de McDonald’s, lancé en 2018. Nous proposons aux consommateurs un accès exclusif aux exploitations produisant la matière première pour nos filières et aux coulisses de nos restaurants.

    Comment la qualité se manifeste-t-elle dans l’offre de McDonald’s et quelles sont les perspectives dans ce domaine ?

    McDonald’s fait la part belle aux produits du terroir depuis quelques années, notamment avec de nombreuses recettes promotionnelles qui ont fait appel à des fromages AOP et AOC*. Cette volonté fait écho à la grande force de notre enseigne qui est l’ancrage local avec plus de 1 400 restaurants répartis dans tout le territoire. Un exemple : nous avons lancé en mars 2017, pendant trois semaines, une variante du sandwich 280™ au Gruyère de France, ce qui a représenté 55 tonnes de ce fromage fabriqué en Savoie, mais aussi en Franche-Comté où se trouvent mes restaurants. J’ai reçu un accueil très favorable de la part d’un syndicat local d’agriculteurs que j’ai rencontré et mes ventes ont dépassé nettement la moyenne nationale !

    * AOP : Appellation d’origine protégée – AOC : Appellation d’origine contrôlée.

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr