Contractualisation :
un temps d’avance

Acteur de la contractualisation, McDonald’s France va plus loin en signant avec ses fournisseurs historiques des contrats pluriannuels à prix ferme.

McDonald’s France privilégie depuis de nombreuses années les partenariats de long terme avec ses principaux fournisseurs, qui font de même avec leurs propres fournisseurs. « Tous les acteurs se connaissent bien », explique Rémi Rocca, manager Achats-Qualité McDonald’s France. « Nous pouvons ainsi mener ensemble un travail de fond. Des contrats de longue date assortis de cahiers des charges exigeants assurent une triple sécurisation des approvisionnements, en termes de volumes et de qualité, bien sûr, mais aussi sur un plan économique. En outre, cette politique avancée de contractualisation garantit aux agriculteurs une meilleure visibilité sur leurs débouchés et permet la mise en œuvre d’actions environnementales communes. » La pertinence de cette approche a été confirmée par l’intérêt de l’État pour la contractualisation, mise sur le devant de la scène notamment par la loi de modernisation agricole adoptée en juillet 2010.

 

Accord précurseur

En 2009, une étape clé est franchie dans la filière pomme de terre avec McCain, fournisseur historique de McDonald’s France, qui pratiquait des contrats annuels avec les producteurs depuis près de 30 ans : la contractualisation est désormais pluriannuelle (3 ans glissants) et porte sur 100 % des volumes et sur un prix garanti. En 2012, un mécanisme de contractualisation pluriannuelle est mis en place par McDonald’s et ses partenaires de la filière blé. Il porte sur 8 500 tonnes de blé achetées par an, à un prix ferme, sur 3 ans renouvelables, à partir de la récolte 2012. Ces volumes représentent 25 % des besoins annuels d’East Balt pour la production de petits pains destinés à McDonald’s France. « Une grande première dans le secteur du blé, particulièrement exposé aux fluctuations de prix des marchés », ajoute Rémi Rocca. « C’est une victoire en soi, mais nous cherchons à déployer cette nouvelle forme de contractualisation sur d’autres filières et sur des volumes plus importants de blé. »

La contractualisation sur le long terme repose donc sur des partenariats bien établis. Elle est aussi le fruit de longues discussions. Il s’agit en effet de trouver des accords gagnant-gagnant. Il est par ailleurs indispensable de traiter au cas par cas, pour s’adapter aux spécificités de chacune des filières. C’est ainsi que se mettent en place des démarches de contractualisation qui, en garantissant qualité des produits et juste rémunération des agriculteurs, s’inscrivent pleinement dans une logique d’agriculture durable. 

 

Cet article est extrait du Journal du Développement Durable de McDonald's France, édition 2012

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr