Une stratégie
agro-écologique concertée

En 2010, le résultat des concertations agricoles conduit McDonald’s à définir avec ses fournisseurs une stratégie agro-écologique. Les objectifs : aider au déploiement rapide et exemplaire de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement.

Comment fournir McDonald’s en produits issus de l’agriculture biologique ? Une telle question dès les premières séances des concertations a surpris et déstabilisé les différents acteurs des filières conventionnelles assis autour de la table. Mais elle a surtout eu le mérite de canaliser les débats et d’arriver à un consensus :  à  court  terme,  il est  impossible  de  fournir  McDonald’s  France  en  « bio » pour des questions de coûts, de disponibilité et de régularité des approvisionnements. Il n’en demeure pas moins que les filières de McDonald’s peuvent représenter un débouché intéressant pour les filières biologiques à moyen terme,  dès  lors  qu’une  offre  en  « bio », satisfaisant les exigences de McDonald’s (volume, coût, régularité), sera disponible sur le marché. Pour accompagner le développement des filières « bio » McDonald’s pourrait alors intégrer progressivement des produits issus de l’agriculture biologique dans ses recettes, ce qui lui permettrait de réduire davantage son empreinte environnementale.

 

Vers des pratiques conventionnelles plus vertueuses…

Telle est l’autre grande orientation stratégique qui a émergé lors des concertations agricoles. L’évolution des pratiques conventionnelles vers des pratiques plus vertueuses en matière d’environnement au sens du cahier des charges des concertations est apparue comme une nécessité évidente. Pour y parvenir, les acteurs impliqués dans le processus ont élaboré ensemble des programmes d’actions spécifiques pour chacune des principales filières d’approvisionnement de McDonald’s France. Ces programmes sont aujourd’hui opérationnels et s’appuient sur un plan de progression : un réseau de fermes de référence et de parcelles expérimentales pour tester en permanence de nouvelles méthodes écologiques de culture et d’élevage issues de la recherche ou de techniques mises au point par les agriculteurs eux-mêmes. Ensuite, les pratiques testées et éprouvées sont déployées à tous les agriculteurs produisant pour McDonald’s France. « L’idée est de pouvoir tester sur des fermes de référence de nouvelles pratiques, de déployer les meilleures chez les agriculteurs du même bassin d’approvisionnement, pour enfin les généraliser à l’ensemble des producteurs d’une même filière », commente Jeanne Zeller, ingénieur filières agricoles, au département Achats-Qualité- Logistique de McDonald’s France.

L’accompagnement des filières conventionnelles vers des pratiques durables va conduire McDonald’s à préserver la ressource en eau, à favoriser la biodiversité, à améliorer le bien-être animal et, surtout, à limiter progressivement ses émissions de gaz à effet de serre. Sur ce dernier point, l’effort de réduction est partagé entre McDonald’s et ses principales filières d’approvisionnement, l’action étant dans un premier temps plus difficile sur les autres filières. C’est McDonald’s qui prend à sa charge le gros des émissions, et ensuite les filières pomme de terre, blé, salade, poulet. La filière bœuf participe également à l’effort, mais dans une moindre mesure, étant donné l’absence de solution efficace pour limiter les gaz à effet de serre des bovins. Et Delphine Smagghe, directrice du département Développement durable de McDonald’s France, de conclure : « Nous devrions ainsi réussir à réduire l’empreinte environnementale globale de nos activités en réduisant les impacts environnementaux liés à nos productions agricoles. »

 

AVEC LE TRAVAIL SUR LES FILIÈRES AGRICOLES, LE FACTEUR 4 DOIT ÊTRE ATTEIGNABLE

Depuis 2005, McDonald’s France a fait de la lutte contre les changements climatiques une priorité. Grâce à un programme d’actions ambitieux en matière d’énergie notamment, McDonald’s a réussi à réduire en 3 ans seulement, les émissions de GES de 8 % sur son périmètre restaurant, comme le confirme son second Bilan Carbone© réalisé en 2008.

Aujourd’hui, McDonald’s souhaite aller plus loin et s’est fixé un objectif de réduction de 20 % d’émissions de GES entre 2005 et 2020 sur son périmètre global, c’est-à-dire intégrant ses activités en restaurant, celles de ses filières d’approvisionnement en amont et les émissions générées par les déplacements de ses clients en aval. Il s’agit là d’un objectif intermédiaire : en 2050, McDonald’s souhaite atteindre le facteur 4 (soit une réduction de 75 %).

 

LE RÉSEAU DES FERMES DE RÉFÉRENCE

Essaimer progressivement les meilleures pratiques environnementales sur toutes les filières.

Un réseau de fermes et de parcelles de référence existe depuis fin 2010 pour chacune des cinq principales filières d’approvisionnement de McDonald’s France. Des pratiques innovantes et vertueuses en matière d’environnement y sont testées et les résultats obtenus, traduits sous formes d’indicateurs environnementaux, font l’objet d’un suivi et d’une analyse régulière, tant par McDonald’s France que par les fournisseurs ainsi qu’un panel d’experts agronomes. C’est ainsi que sont identifiées les pratiques les plus pertinentes et les moins impactantes en terme d’environnement.

Après identification, ces bonnes pratiques seront testées sur plusieurs exploitations d’un même bassin d’approvisionnement, puis, suivant l’appréciation des résultats, déployées sur l’ensemble des exploitations qui produisent pour McDonald’s France. Cette méthode permet de vérifier que les résultats obtenus par les fermes de référence sont reproductibles à plus grande échelle. Chaque année, de nouvelles pratiques seront ainsi expérimentées et d’autres déployées sur chacune des filières : blé, bœuf, pomme de terre, poulet et salade. L’enjeu est que la somme des bonnes pratiques déployées réduise fortement l’empreinte environnementale de McDonald’s France et de ses fournisseurs d’ici 2020.

Cet article est extrait du Journal du Développement Durable de McDonald's France, édition 2010

Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. www.mangerbouger.fr

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr